Le chamach est la bougie avec laquelle on allume les bougies chaque soir de la fête de Hanoukkah. Le chandelier de Hanoukkah, appelé Hanoukkiah, comprend ainsi neuf branches : huit branches pour les huit jours de Hanoukkah et une branche supplémentaire pour le chamach.

Pourquoi une bougie particulière pour allumer les bougies de Hanoukkah ?

On trouve une réponse dans Hanérot Hallalou (littéralement « ces bougies / lumières »), dite après l’allumage des bougies. Cette courte prière affirme que les bougies de Hanoukkah sont sacrées et que l’on ne peut pas s’en servir.

Nous allumons ces lumières en souvenir des miracles, des secours, des merveilles que Tu as opérés en faveur de nos ancêtres, par l’intermédiaire de Tes saints prêtres.
Pendant tous ces huit jours de Hanoukkah, ces lumières sont sacrées.
Nous n’avons pas le droit de nous en servir, mais seulement de les contempler.
Afin de rendre grâces à Ton Nom pour Tes miracles, Ton secours et Tes merveilles.

Contrairement aux bougies du Chabbat, les bougies de Hanoukkah ne peuvent pas être utilisées comme source de lumière. Les bougies de Chabbat ont pour fonction d’éclairer la table du dîner et de créer une atmosphère belle et apaisée. Les lumières de la Hanoukkiah ont pour unique fonction de « publier le miracle » [1]. Elles ne doivent pas être utilisées pour s’éclairer ou pour allumer d’autres lumières. Elles doivent uniquement être regardées pour commémorer le miracle de la fiole d’huile et de la victoire de la petite armée des Maccabées sur la puissante armée gréco-syrienne. Ainsi, il convient de placer la Hanoukkiah près de la fenêtre ou à la porte de la maison pour qu’elle soit vue des passants.

Les rabbins du Talmud ont requis qu’une autre lumière soit allumée dans la pièce où l’on allume les bougies de Hanoukkah. De cette façon, les lumières de la Hanoukkiah ne serviront à rien d’autre qu’à accomplir la mitsvah (commandement) de la proclamation du miracle. C’est devenu le chamach qui, sur la Hanoukkiah, est placé en hauteur ou sur le côté pour le différentier des autres bougies.

Que signifie le mot chamach ?

En hébreu, chamach  שַׁמָּשׁ signifie serviteur. Le mot vient de la racine  שׁ.מ.שׁ qui signifie aider ou assister. Le mot chamach désigne aussi la personne qui veille au bon déroulement des offices à la synagogue.

Un autre mot hébraïque vient de la même racine :  שֶׁמֶשׁ  chemech, le soleil [2]. Dans le récit de la Création du livre de la Genèse, le soleil et la lune ont été créés en haut dans le ciel pour servir dans le monde terrestre. Le soleil est l’astre qui apporte la lumière à la terre. Le texte en parle comme d’un « grand luminaire ».

Dieu dit: « Que des corps lumineux apparaissent dans l’espace des cieux, pour distinguer entre le jour et la nuit; ils serviront de signes pour les saisons, pour les jours, pour les années ; et ils serviront de luminaires, dans l’espace céleste, pour éclairer la terre. » Et cela s’accomplit. Dieu fit les deux grands luminaires : le plus grand luminaire pour la royauté du jour, le plus petit luminaire pour la royauté de la nuit, et aussi les étoiles. Et Dieu les plaça dans l’espace céleste pour rayonner sur la terre. (Genèse, 1:14-17)

 

[1] Shab 21b

[2] Sur le mot chemech, voir Yaël Yotam, Étincelles d’hébreu, Langue et vision du monde, Editions Lichma, 2011, pp. 136-140.