Le tallit est l’un des principaux objets de la prière juive, portés par les Juifs adultes. C’est un mot hébreu (pluriel tallitot) qui désigne le châle dans lequel on s’enveloppe pendant certaines prières, en premier lieu lors de la prière du matin.

C’est un élément différenciateur des pratiques entre les courants progressistes et traditionalistes du judaïsme. En effet, dans les synagogues orthodoxes, seuls les hommes portent le tallit. En revanche, dans les synagogues libérales, femmes et hommes portent le tallit. Cela ne manque pas d’étonner (ou plus) les habitués des synagogues orthodoxes lorsqu’ils entrent la première fois dans une synagogue libérale.

Alors pourquoi les femmes peuvent-elles porter le tallit ? Revenons d’abord à ce qu’est un tallit.

Comment est fait un tallit ?

Le tallit est une étoffe rectangulaire, aux quatre coins duquel sont attachées des franges, appelées tsitsiot.

Le tallit est de taille variable, souvent en forme de châle, parfois d’une écharpe. Le tissu, en laine, en soie ou en une autre matière, est traditionnellement de couleur blanche avec des rayures noires ou bleues mais on trouve aujourd’hui des motifs et couleurs très variées.

Ce qui est le plus important dans un tallit, ce sont les franges attachées aux quatre coins : ce sont les tsitsiot (pluriel de tsitsit). Chaque tsitsit se compose de quatre fils redoublés, soit huit fils, noués d’une manière distincte. Au total, chaque tsitsit comporte cinq nœuds. On arrive symboliquement au nombre de 613, comme les 613 commandements de la Torah, en additionnant 600 (la valeur numérique du mot tsitsit), 8 et 5.

Pourquoi porte-t-on le tallit ?

Le tallit est porté pour se conformer au commandement de la Torah :

« Parle aux enfants d’Israël, et dis-leur de se faire des tsitsit aux coins de leurs vêtements, dans toutes leurs générations, et d’ajouter à la frange de chaque coin un cordon d’azur. Cela formera pour vous des franges dont la vue vous rappellera tous les commandements de l’Éternel, afin que vous les exécutiez et ne vous égariez pas à la suite de votre cœur et de vos yeux, qui vous entraînent à l’infidélité. Vous vous rappellerez ainsi et vous accomplirez tous mes commandements, et vous serez saints pour votre Dieu » (Nombres, 15:38-40).

Le tallit se porte traditionnellement lors de la prière du matin. Une bénédiction spéciale est dite avant de mettre le tallit car il s’agit d’une mitsva (un commandement).

Symboliquement, se revêtir du tallit signifie aussi s’envelopper de toutes les mitsvot de la Tora. Cela permet aussi de créer un espace personnel autour de soi, séparé de ses préoccupations quotidiennes et consacré à la prière.

Qui porte le tallit ?

Les Juifs portent le tallit à partir de leur majorité religieuse lorsqu’ils sont considérés responsables de l’accomplissement des mitsvot (commandements).

Dans les synagogues traditionalistes, le tallit est porté uniquement par les hommes. En effet, selon la loi juive traditionnelle, les femmes sont exemptées du commandement des tsitsit, comme d’un grand nombre de mitsvot liées au temps. Il s’agit formellement d’une exemption et non d’une interdiction, mais la coutume prévalant, cela revient à une interdiction dans les faits.

Le judaïsme libéral affirme que les hommes et les femmes ont les mêmes droits et les mêmes devoirs, y compris dans les actes rituels. Dans les synagogues libérales, de nombreuses femmes souhaitent accomplir ce commandement et portent le tallit. C’est l’une des manifestations les plus visibles de l’approche différente du statut des femmes dans le judaïsme.