Qui ne connait pas l’histoire du livre de l’Exode ? Même sans avoir lu une seule ligne de la Bible, on visualise le bébé Moïse dans son panier d’osier, la mer Rouge ouverte en deux, le veau d’or, Moïse sur le mont Sinaï brandissant les deux Tables de la Loi dans la main. Au 20e siècle, Hollywood a pris le relais des peintres pour diffuser une imagerie biblique, depuis les Dix Commandements de Cecil B. DeMille (1923, 1956) à Exodus, Gods and Kings de Ridley Scott (2014) en passant par Le Prince d’Égypte pour la version animée (Dreamworks Pictures, 1999). En français, on parle de « manne » et de « cailles rôties ». Et on chante (en anglais) « Let my people go ».

Pour tenter de dépasser l’imagerie grandiose de Cecil B. de Mille et découvrir l’incroyable richesse de ce livre, une solution : lire et étudier le texte !

En prologue de la lecture, voici une présentation rapide du contenu du livre.

Que contient le livre de l’Exode ?

Deuxième livre de la Tora, le livre de l’Exode raconte la naissance physique et spirituelle d’Israël comme nation. Dieu libère Israël et renouvelle avec lui l’alliance conclue avec Abraham et confirmée à Isaac et Jacob. Cette alliance est plus détaillée et s’adresse à l’ensemble du peuple. En échange de sa protection, Dieu demande l’adhésion aux mitsvot (commandements).

Une grande partie du livre est consacrée à l’énoncé de certains de ces commandements (rituels et éthiques). Il est aussi question du Michkan, le  sanctuaire (ou tabernacle) que Dieu a ordonné aux Israélites de construire pour demeurer parmi eux. Avec des passages un peu ardus à lire, tant le texte détaille les instructions et étapes de cette construction.

Le livre de l’Exode contient des éléments littéraires très divers : récit, poésie, énoncés juridiques, éléments biographiques. Il comprend 40 chapitres et est divisé en 11 parachyot dans le cycle de lecture annuelle de la Tora.

Les titres du livre

Le livre est connu sous trois titres principaux :

  • Chemot (« Noms » en hébreu) d’après le premier mot significatif du livre. En effet, l’Exode commence par « Véélé chémot b’né Israël » : « Et voici les noms des enfants d’Israël ».
  • Sefer Yetsiat Mitsrayim, « Le livre de la sortie d’Égypte », d’après son thème central.
  • Exode. Le titre en français vient des traductions latines de la Bible (Exodus), elles-mêmes fondées sur la traduction grecque qui donne le titre Exodos (sortie).

Le contexte du récit

Le récit se situe en Égypte et dans le désert du Sinaï dans la deuxième partie du 13e siècle avant l’ère commune. Selon la tradition, il s’étend sur une durée de 140 ans allant de la mort de Joseph (Exode 1:6) à la construction du tabernacle. Mais l’essentiel du récit se concentre sur une courte période de deux ans.

Le contenu du récit

Le livre de l’Exode peut être divisé en trois grandes parties.

La première partie (chapitres 1 à 15:21) raconte l’oppression des Hébreux en Égypte et leur libération.

Les descendants de Jacob ont été réduits en esclavage. Moïse est un Hébreu élevé à la cour de Pharaon ; il a fui l’Égypte après avoir tué un officier de Pharaon. Dieu se révèle à lui à travers une flamme sortant d’un arbuste qui ne se consume pas. Dieu lui indique de retrouver son frère Aaron en Égypte ; il leur donne mission de se rendre auprès de Pharaon afin d’obtenir la libération des Israélites.

Moïse confronte Pharaon qui n’accepte de laisser partir les Hébreux qu’à la suite d’une série de dix signes envoyés par Dieu (les dix plaies). C’est seulement à la dixième plaie (la mort des premiers-nés) que Pharaon cède et laisse partir les Hébreux. Ceux-ci se dirigent vers la mer des Joncs (souvent traduite par mer Rouge) sous la direction de Dieu. Ils sont sauvés miraculeusement des armées égyptiennes envoyées à leur trousse par Pharaon. Les Hébreux célèbrent leur libération et leur sauvetage par un chant de louange et de gratitude.

Une nation naît alors. C’est cette libération qui est célébrée chaque année à la fête de Pessah.

La deuxième partie (chapitres 15:22 à 18:27) relate le parcours des Hébreux  jusqu’au mont Sinaï.

Les Israélites, en manque d’eau et de nourriture, manifestent leur mécontentement vis-à-vis de Dieu et de ses représentants, Moïse et Aaron. Même si leurs besoins sont couverts par l’intervention divine (la manne), l’esprit de rébellion reviendra fréquemment. Les Israélites enregistrent aussi une première victoire militaire sur Amalek qui les avait attaqués.

La troisième partie (chapitres 19 à 40) se passe au mont Sinaï où a lieu la Révélation divine qui intervient à deux reprises.

Dieu se révèle à l’ensemble du peuple d’Israël et lui offre sa loi, et le peuple accepte l’alliance avec Dieu. Comme le peuple n’est pas en mesure d’entendre Dieu, Moïse devient l’interprète de la parole divine. Il reçoit de Dieu les Tables de la Loi (le Décalogue) et un grand nombre de règles rituelles et éthiques. Dieu lui ordonne aussi la construction d’un sanctuaire mobile. Tandis que Moïse est sur le mont Sinaï, le peuple s’impatiente, s’inquiète et presse Aaron de lui construire un veau d’or à honorer. À son retour et à la découverte de cette apostasie, Moïse brise les Tables de la Loi, punit les rebelles puis entreprend de convaincre Dieu de pardonner aux Hébreux. Une réconciliation s’opère et une deuxième alliance est conclue entre Dieu et le peuple d’Israël.

 

Le texte en hébreu avec la traduction du rabbinat français :  http://sefarim.fr/

 

Et pour les nostalgiques d’Hollywood années 50 (et de Charlton Heston et Yul Brynner), la bande-annonce des Dix Commandements de Cecil B. DeMille

http://