Dès qu’on s’intéresse au judaïsme, on est vite confronté à l’existence d’un calendrier particulier qui semble complexe au premier abord. Les dates des fêtes ne sont pas fixes par rapport à notre calendrier usuel (le calendrier grégorien) tout en étant toujours à la même saison ; il faut savoir si l’on est né avant ou après le coucher du soleil pour déterminer sa date de naissance ; certaines années ont douze mois et d’autres en comptent treize ; les années sont décomptées à partir non du premier mois mais du septième mois, etc.

Pour aborder le judaïsme, il faut comprendre ce calendrier car le temps occupe une place essentielle dans la pensée et la vie juives. Les rabbins enseignent d’ailleurs que le premier commandement donné au peuple juif est celui d’établir le calendrier en se basant sur un verset de la Torah :

« Ce mois-ci est pour vous le commencement des mois… » (Exode, 12:1).

Voici quelques points clés pour s’initier au calendrier juif :

  • La journée juive commence le soir à la tombée de la nuit.

Ainsi Chabbat commence le vendredi soir à la tombée de la nuit et s’achève le samedi soir à la tombée de la nuit. Cela signifie que, par rapport à notre décompte des heures d’une journée, le début d’une journée dans le calendrier juif ne sera pas le même au fil de l’année et des saisons. La tradition définit la tombée de la nuit comme le moment où l’on peut voir trois étoiles dans le ciel.

  • Le Chabbat est l’axe principal du temps juif.

La semaine de sept jours se termine par le Chabbat. En hébreu, les six premiers jours sont appelés jour premier (yom richon, dimanche), jour deuxième (lundi), etc. Le septième jour a un nom spécifique : Chabbat. C’est un temps ‘sacré’, à part, où l’on ne travaille pas. Le calendrier juif est aussi rythmé par les jours de fêtes qui ont aussi une dimension ‘sacrée’, distincte.

Le cycle de sept jours de la semaine ne correspond pas à un cycle naturel, comme le mois, mais au récit biblique. Dans le récit de la création, Dieu achève son œuvre le sixième jour et cesse le septième jour, le Chabbat (Genèse, 2:1-2).

  • Le calendrier juif comprend douze mois basés sur le cycle de la lune.

Le cycle de la lune étant de 29 jours 1/2, les mois comptent 29 ou 30 jours. Deux mois du calendrier juif peuvent avoir 29 ou 30 jours selon les années. Le mois commence lorsque le croissant de lune est le plus fin (néoménie) et se termine avec une nuit sans lune.

  • L’année est basée sur le cycle solaire et certaines années, le douzième mois est doublé.

Pour harmoniser le cycle de l’année solaire (365 jours ¼) et le cycle des mois lunaires (12 x 29,5 = 354 jours), on ajoute régulièrement un mois dans l’année. De cette façon, si la date des fêtes juives change dans notre calendrier usuel d’année en année, les fêtes sont cependant toujours célébrées à la même saison. Pessah, la Pâque juive, est célébrée au printemps tandis que Roch Hachana et Yom Kippour sont célébrés au début de l’automne. Tous les dix-neuf ans, on compte sept années dites embolismiques de treize mois.

  • Le décompte des années se fait à Roch Hachana, le nouvel an juif.

Au long de leur histoire, les Juifs ont utilisé plusieurs façons de compter les années. Depuis le Moyen-âge, les années sont comptées à partir de Roch Hachana (qui a lieu en septembre ou début octobre). Selon la tradition juive, l’an zéro correspond à la Création du monde, date calculée par les rabbins à partir du compte des générations fait dans la Torah. Pour déterminer l’année dans le calendrier juif à partir du calendrier grégorien, on ajoute 3760 (3761 de Roch Hachana jusqu’au 31 décembre). Ainsi le 2 octobre 2016 au soir, nous entrerons dans l’année 5777 du calendrier juif.