Fêtes juives

L’année juive est ponctuée de nombreuses fêtes et de commémorations. Rares sont les mois sans fête!

Chaque fête a son sens, sa tonalité, ses symboles et ses rites plus ou moins curieux.

Quelques exemples : à Pessah on mange des matsot, à Roch Hachana et Yom Kippour on fait retentir la sonnerie du chofar, à Souccot on vit dans une cabane et on secoue le loulav, à Hanouka, on allume les bougies du chandelier à huit branches.

Les fêtes juives sont autant de rendez-vous qui invitent au questionnement et à la rencontre avec l’autre. Elles sont aussi autant d’occasions de se réjouir d’être ensemble.

Certaines fêtes trouvent leur origine dans la Torah. D’autres fêtes sont d’origine rabbinique. D’autres enfin ont été instituées dans la période contemporaine, depuis la création de l’État d’Israël.

Les fêtes toraïques

Le Chabbat, septième jour de la semaine, célèbre la Création du monde et la libération du peuple juif des entraves de la servitude. Il est un signe de l’alliance entre Dieu et le peuple d’Israël. Chabbat est un jour de « cessation » : jour de repos et de prise de distance par rapport à la vie quotidienne, jour consacré à la prière et l’étude, et aussi jour de délices (oneg shabbat) pendant lequel nous pouvons échanger et renforcer les liens avec les autres. Pendant Chabbat, nous ne cherchons pas à transformer le monde, mais à nous transformer nous-mêmes.

Roch Hachana et Yom Kippour sont désignés sous le terme de Grandes Fêtes.

  • Roch Hachana rappelle la Création du monde et la naissance de l’humanité. C’est aussi, selon la Michna, le jour du jugement, jour pendant toutes les créatures passent en jugement devant Dieu. Roch Hachana est le premier des  yamim noraïm, les « jours redoutables » qui mènent à Yom Kippour. Ce sont dix jours de travail de mémoire et de conscience, de techouva, de retour sur soi et de questionnement.
  • Yom Kippour, jour du pardon, est la journée la plus solennelle de l’année juive. C’est un jour de jeûne entièrement consacré à la prière et au rapprochement avec Dieu.

Parmi les fêtes d’origine toraïque, il y a aussi les trois fêtes de pèlerinage, ou chalosh regalim (les trois pieds de la tradition) : Pessah, Chavouot et Soukkot, durant lesquelles les Juifs montaient à Jérusalem pour faire des offrandes au Temple. Elles sont désignées par le terme hag, qui évoque un déplacement et une rencontre avec Dieu dans le lieu choisi par Lui. Les chalosh regalim ponctuent le rythme des saisons agricoles et commémorent des événements décisifs de l’histoire juive.

  • À Pessah, nous revivons la sortie d’Égypte et nous célébrons la libération des Hébreux de l’esclavage et la naissance du peuple juif.
  • À Chavouot, nous célébrons le don de la Torah au mont Sinaï.
  • À Soukkot, nous célébrons le long cheminement qui mena les enfants d’Israël vers leur terre. Les cabanes (soukkot en hébreu) que nous construisons et dans lesquelles nous mangeons pendant sept jours symbolisent la fragilité de nos existences et la protection divine.

Les fêtes rabbiniques

  • Hanouka commémore la victoire des Juifs sur l’occupant de culture grecque au IIe siècle avant notre ère. Elle symbolise la victoire des lumières sur l’obscurantisme. C’est une fête de l’espoir et de la force de l’esprit.
  • Tou Bichvat, le nouvel an des arbres, célèbre la nature et rappelle l’attachement des Juifs à la terre d’Israël.
  • Pourim, qui commémore la victoire des Juifs sur Haman dans la Perse du Ve siècle avant notre ère, célèbre l’identité juive et la victoire sur le mal.
  • Ticha Be-Av est un jour traditionnel de jeûne et de deuil qui commémore la destruction du premier Temple de Jérusalem en -586 et du second Temple en 70. Il rappelle aussi les tragédies vécues par le peuple juif à travers son histoire.

Les fêtes contemporaines

Plusieurs fêtes et commémorations ont été instituées dans la période récente pour commémorer des événements de l’histoire juive contemporaine.

  • Yom HaShoah a été institué par le Parlement israélien en 1951 comme jour de commémoration du soulèvement du ghetto de Varsovie (19 avril 1943) et de la Shoah où six millions du Juifs ont péri.
  • Yom Haatsmaout, jour de l’indépendance, célèbre l’anniversaire de la Déclaration d’indépendance de l’Etat d’Israël le 14 mai 1948 et la centralité de la terre d’Israël dans l’identité juive.
  • Yom Hazikaron, jour du souvenir, est un jour de commémoration pour tous ceux qui sont tombés pour l’établissement et la défense de l’Etat d’Israël. Il a lieu la veille de Yom Haatsmaout.
  • Yom Yerouchalayim, le jour de Jérusalem, célèbre la réunification de Jérusalem au terme de la guerre des six Jours en 1967.